Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

4 articles avec nouvelle

Quand il n'y a pas de gonzesse...il n'y a pas de stress ! de Lou Magma

Publié le par isa1977

Tranquille sur son canapé...sans une femme qui crie ou n'arrête pas de se plaindre...
Ne vous méprenez pas? Ce n'est pas la mise à mort des femmes dans la vie d'un homme.

C'est un hymne à la paresse! Existe-t-il un remède contre cette maladie méconnue? Naaaan!
Comme dirait Coluche: "Sois fainéant!"

 

Qu'est-ce que j'en pense?

Quand Lou Magma est venue me proposer sur ma page Facebook de découvrir sa nouvelle,  j’avoue que j’étais intriguée par ce titre que je trouvais un peu macho sur les bords.

J’avais un peu peur de ne pas accrocher mais je me suis laissée tenter car je voulais en savoir plus sur cet ouvrage.

Finalement, je ne regrette pas d’avoir accepté car j’ai passé un bon moment et ce n’est pas une mais deux nouvelles que j’ai découvertes.

L’auteure a su aborder le sujet de la paresse de façon très agréable et amusante. Ce roman est court et très léger et, finalement c’est très plaisant de le découvrir entre deux lectures plus conséquentes.

Arrivée à la fin du roman, j’ai trouvé que le titre était très peu évocateur des deux nouvelles mais par contre la couverture les reflète à merveille.

Au niveau des personnages, comme ce sont de courts textes, on n’a pas le temps de s’y attacher mais au fond je pense que c’est le thème qui est plus important.

 

En bref, si vous voulez une petite lecture détente et amusante, n’hésitez pas à découvrir ce roman.

 

Je tiens à remercier Lou Magma pour cette belle découverte.

Publié dans Nouvelle, Lou Magma

Partager cet article

Repost 0

Un monde idéal où c'est la fin (J. Heska)

Publié le par isa1977

                                       

 

Bienvenue dans un monde idéal !
Un monde idéal où la civilisation telle que nous la connaissons n’existe plus. Dérèglement du temps ? Avènement de la magie ? Crise climatique irréversible ? Épidémie mondiale de mort subite ? Extra-terrestres maladroits ? Invasion de poireaux découpeurs de cervelles ? Crise de déprime globale ? Robots hors de contrôle ? Zombies entreprenants ?
Découvrez 100 histoires drôles, émouvantes, tragiques ou absurdes qui mènent à notre perte !


Mais c’est quoi Un monde idéal ? C’est une collection de livres reposant sur un concept tout simple qui a fait le succès du site Internet www.jheska.fr : des textes courts et percutants relatant des histoires basées sur des « et si » ?

Un livre parfait pour un petit moment de détente égoïste, dans le bus, à la pause déjeuner, le soir avant de se coucher ou à la plage !

 

Qu'est-ce que j'en pense?

Quand j’ai vu que « Un monde idéal où c’est la fin » allait sortir le premier juin, ce n’était que du bonheur. Souvenez-vous, j’avais déjà eu l’occasion de lire et d’apprécier « Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir » et « On ne peut pas lutter contre le système » et j’avais donc hâte de retrouver la plume très agréable de l’auteur.

 

Comme pour les deux précédents, J. Heska m’a fait passer un très bon moment avec son troisième roman. Une fois qu’on commence la première histoire, il est très difficile de s’arrêter tellement on se sent happé par ces nouvelles qui nous parlent de la fin du monde.

 

Je sais que certains vont penser que la fin du monde a été vue et revue en littérature mais la façon originale et humoristique dont l’auteur a écrit ces nouvelles rendent ce bouquin très attrayant.

 

Dans cet ouvrage, on retrouve un tas de références très agréables qui ne peuvent que nous faire sourire voire même éclater de rire. Il y en a quelques unes qui m’ont plus marquées et que j’ai beaucoup appréciées comme celles à Fifty Shade of Grey, à Matrix, à  Harry Potter. Il y en a encore bien d’autres mais je préfère vous laisser la surprise de les découvrir.

La référence au Cthulhu m’a donné envie de découvrir l’univers de Lovecraft.

 

Il y a deux références bien particulières que j'ai retrouvées avec un grand plaisir. Il s'agit de celles à « Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir » et  à « On ne peut pas lutter contre le système ». C’est impossible de passer à côté et elles nous donnent envie de relire ces deux romans.

 

S’il y a une nouvelle que je devais retenir en particulier, que j’ai adoré et trouvé complètement hilarante c’est « Un monde idéal où des créatures fourbes et sanguinaires menacent l’humanité », je me suis imaginée dans la ville de Lille au milieu de ses chats et, quand je suis arrivée à Lille vendredi dernier, je n’ai pu m’empêcher de sourire en repensant à cette histoire.

 

A travers ses différentes nouvelles, l’auteur réussit même à nous faire découvrir une histoire continue très agréable. Je me suis énormément attachée au gnome Groumpf, j’ai adoré le suivre tout au long du bouquin et j’ai été très émue par la fin de cette aventure.

 

Quant à la finale du roman, je l’ai adorée, je ne m’attendais pas une telle fin et j’ai été très agréablement surprise.

 

En bref, si vous ne connaissez pas encore J. Heska, je ne peux que vous recommander de découvrir cet auteur qui fait partie de mes partenaires ainsi que son blog qui se trouve ici

Et si vous n'avez pas encore lu ses livres, je vous conseille de cliquer ici.

 

Je tiens à remercier J. Heska pour m'avoir permis de découvrir son livre.

  

 

 

 

Quand j’ai vu que « Un monde idéal où c’est la fin » allait sortir le premier juin, ce n’était que du bonheur. Souvenez-vous, j’avais déjà eu l’occasion de lire et d’apprécier « Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir » et « On ne peut pas lutter contre le système » et j’avais donc hâte de retrouver la plume très agréable de l’auteur.

 

Comme pour les deux précédents, J. Heska m’a fait passer un très bon moment avec son troisième roman. Une fois qu’on commence la première histoire, il est très difficile de s’arrêter tellement on se sent happé par ces nouvelles qui nous parlent de la fin du monde.

 

Je sais que certains vont penser que la fin du monde a été vue et revue en littérature mais la façon originale et humoristique dont l’auteur a écrit ces nouvelles rendent ce bouquin très attrayant.

 

Dans cet ouvrage, on retrouve un tas de références très agréables qui ne peuvent que nous faire sourire voir même éclater de rire. Il y en a quelques unes qui m’ont plus marquées et que j’ai beaucoup appréciées comme celles à Fifty Shade of Grey, à Matrix, à  Harry Potter. Il y en a encore bien d’autres mais je préfère vous laisser la surprise de les découvrir.

Il y a également la référence au Cthulhu qui m’a donné envie de découvrir l’univers de Lovecraft.

 

 

 

Les deux références que j’ai pris le plus de plaisir à retrouver sont celles à « Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir » et  à « On ne peut pas lutter contre le système ». C’est impossible de passer à côté et elles nous donnent envie de relire ces deux romans.

 

S’il y a une nouvelle que je devais retenir en particulier et que j’ai adoré et trouvé complètement hilarante c’est « Un monde idéal où des créatures fourbes et sanguinaires menacent l’humanité », je me suis imaginée dans la ville de Lille au milieu de ses chats et, quand je suis arrivée à Lille vendredi dernier, je n’ai pu m’empêcher de sourire en repensant à cette nouvelle.

A travers ces différentes nouvelles, l’auteur réussit même à nous faire découvrir une histoire continue très agréable et je me suis énormément attachée au gnome Groumpf, j’ai adoré le suivre tout au long du bouquin et j’ai été très émue par la fin de cette aventure.

 

Quant à la finale du roman, je l’ai adorée, je ne m’attendais pas une telle fin et j’ai été très agréablement surprise.

 

En bref, si vous ne connaissez pas encore J. Heska, je ne peux que vous recommander de découvrir cet auteur qui fait partie de mes partenaires ainsi que son blog qui se trouve ici.

Partager cet article

Repost 0

Tout passe (Bernard Comment)

Publié le par isa1977

http://img811.imageshack.us/img811/6140/toutpasse.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une vieille dame qui part avec ses secrets, dans le calme d'une piscine. Un fils aui s'apprête à refuser l'héritage de son fils père. Un veuf qui enterre sa fortune. L'entraîneur d'un Grand Club qui abandonne son équipe en plein match. Une bibliothèque numérique par temps de panne électrique. Les neuf récits de ce livre posent à leur façon la question du futur, et de ce qu'il convient de lui Transmettre ou non.

Qu'est-ce que j'en Pense?

Comme ça faisait un moment que je n’avais plu lu de nouvelles, j’ai eu envie de découvrir ce petit recueil qui était en partenariat sur Livraddict. Même si le résumé des différentes nouvelles me tentait bien, je ne savais pas trop à quoi m’attendre.

Finalement, mon avis sera assez mitigé car il y a certaines histoires auxquelles je n’ai pas accroché du tout et d’autres qui m’ont bien plu.

Il faut savoir que pour ce genre de bouquin, je préfère découvrir une nouvelle par jour pour bien m’imprégner de l’histoire plutôt que de les lire toutes à la suite.

Voici donc mon avis sur chaque nouvelle :

 

==> Flottement:

Cette histoire là fait partie de celles que j’ai appréciées. J’ai trouvé cette vieille dame qui est à la piscine et qui réfléchit sur sa vie et sur ses secrets assez attachante. On arrive trop vite à la fin de cette nouvelle et on voudrait rester dans l’univers de cette personne.

 

==> Un fils  :

C’est l’histoire que j’ai préférée de toutes. On se sent plus proche du personnage principal car la nouvelle est racontée de son point de vue. On ne peut que ressentir son malaise et le comprendre. J’ai également aimé le sentir très attaché à sa femme et à ses enfants même si ils n’apparaissent qu’un court moment.

 

==> Hors-jeu: 

J’ai trouvé cette nouvelle très brouillon et j’ai eu beaucoup de mal à accrocher au point où je n’ai trouvé aucun intérêt à l’histoire.

 

==>Fugue:

J’ai bien aimé les personnages de cette nouvelle par contre j’avoue que la fin m’a laissée un peu sceptique je ne vois pas trop où l’auteur a voulu en venir. Peut-être que j’ai raté quelque chose en cours de lecture, je ne sais pas trop.

 

==>Ne rien laisser:

J’ai eu beaucoup de difficulté à accrocher à cette nouvelle ainsi qu’à ses personnages. J’ai eu cette impression qu’il manquait un petit quelque chose que j’ai du mal à définir.

 

==>L'annonce:

J’ai trouvé cette nouvelle très difficile à comprendre et je ne saurais pas vous en dire grand-chose.

 

==>En mer:

J’ai bien aimé l’histoire et le personnage principal qui nous raconte la nouvelle de son point de vue ainsi que Louise. Ces deux protagonistes ont un côté assez attachant. J’ai également beaucoup apprécie le fait que cette histoire soit découpée en petit chapitres.

 

==>Corrections:

J’ai beaucoup apprécié découvrir l’univers de cet auteur et de son manuscrit. Je dirais même que cette nouvelle fait partie de mes préférées également.

 

==>En panne:

Cet homme qui est perdu sans livres m’a bien plu parce que j’avoue que je suis un peu comme lui, quel ennui de me retrouver coincée quelque part sans avoir un bouquin sur moi.

 

En bref, comme vous pouvez le voir j’ai aimé certaines nouvelles et je n’ai pas du tout accroché à d’autres, mais j’ai envie de relire ce roman dans un autre état d’esprit, peut-être que ça me permettra de mieux accrocher. Si je devais vous faire un top 3 de ces différentes histoires, je mettrais en premier « Un fils », puis en deuxième position « Corrections » et, enfin, en troisième « En panne »

 

 

 

Je tiens à remercier les Éditions Points et Livraddict pour ce Partenariat. 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Il a jamais tué personne, mon papa

Publié le par isa1977

 
L'histoire
"Mon papa était docteur. Il soignait les gens, des gens pas riches, qui souvent ne le payaient pas, mais ils lui offraient un verre en échange, parce que mon papa, il aimait bien boire un coup, plusieurs coups même, et le soir, quand il rentrait, il était bien fatigué. Quelquefois, il disait qu'il allait tuer maman, et puis moi aussi, parce que j'étais l'aîné et pas son préféré. Il était pas méchant, seulement un peu fou quand il avait beaucoup bu. Il a jamais tué personne mon papa, il se vantait."
 
Mon avis
 
Ce livre de Jean-Louis Fournier fait partie de ma liste de coups de cœur à lire en 2011.
C’est la première fois que je lis une œuvre de cet auteur et c’est loin d’être la dernière

 

J’ai vraiment apprécié l’histoire.

 

L’auteur nous raconte ses souvenirs d’enfance, dans son langage d’enfant. Il nous décrit son enfance pas toujours très agréable à vivre avec un père qui pouvait faire rire ou faire pleurer.
Ce père, médecin, ne se fait pas payer par ses patients. Tout ce qu’il attend d’eux, c’est qu’il leur offre un verre.
Il y aussi sa mère, cette mère, que j’admire. Elle est très courageuse. Elle doit faire face aux dépenses avec le peu d’argent qui entre dans le foyer. C’est aussi elle qui accueille les clients quand son mari est au café du coin.
Au cours de petits chapitres qui ne font pas plus d’une page, l’écrivain nous révèle un tas de petites d’anecdotes qu’il a vécues. Des anecdotes très drôles et d’autres beaucoup moins.
J’ai lu ce livre en une soirée. C’est un style très facile à lire. Quand je l’ai commencé, je n’ai plus su m’arrêter.
J’ai eu l’impression de retrouver un peu mon histoire dans ce livre. Je me suis identifiée à l’auteur. Je vivais un peu le même style de relation avec mon papa pendant mon enfance.
Bref, ce livre est vraiment un coup de cœur pour moi. Je n’ai qu’une chose à lui reprocher, c’est le fait qu’on arrive trop vite à la fin.
 
Ma note pour ce livre : 9,5/10

 

 

 

Publié dans Nouvelle, Coups de coeur

Partager cet article

Repost 0