Pourquoi les gentils ne se feront plus avoir (J. Heska)

Publié le par isa1977

 
Je m'appelle Jérome et je ne suis pas quelqu'un de populaire. Invisible pour mon entourage, insipide pour mes collègues, insignifiant pour ma petite amie.
 
Un jour, je suis tombée sur un article dans un magasine bon marché censé m'aider à régler un certain nombre de problèmes dans ma vie. Ca m'a amené un peu plus loin que prévu...
 
Ah oui, le "un peu plus loin", c'est devenir le chef de file involontaire d'un mouvement philosophique qui a révolutionné le monde.
 
-Mais, réveillez-vous! Ce que vous faites est dangereux.
-Qu'est ce que tu crois? Qu'il vaut mieux lancer une révolution douce? Ou attendre de péter un cable, prendre un flingue et tirer sur tout le monde? Tu ne comprends pas qu'une bonne partie de la population en a marre de cette société  où chacun se trouve des excuses pour agir comme un con. Tu l'as très bien dit toi-même. Les gentils en ont ras le bol, les gentils ne se feront plus avoir!
 
Qu'est-ce que j'en pense?
La première chose qui m’a attirée dans ce livre est son titre. En le voyant, je voulais savoir comment les gentils s'y prendraient pour ne se plus se faire avoir.

Les mots qui sont employés dans la quatrième de couverture nous donne vraiment envie de découvrir ce bouquin.

J’ai passé un très bon moment en compagnie de ce roman. Le style de l’auteur est tout simplement génial et très facile à lire. A aucun moment, je ne me suis ennuyée.

L’histoire est très originale et nous donne une belle leçon de vie. En lisant « Pourquoi les méchants ne se feront plus avoir », on se rend compte que l’auteur n’est pas très loin de la réalité. Finalement, n’y a-t-il pas dans la vie de tous les jours des gentils et des méchants comme dans le bouquin ?

Les citations qu’on peut retrouver au début de chaque chapitre sont vraiment très agréables à découvrir et cadrent très bien avec l’histoire.

Ma préférée est celle-ci : «La vie c’est comme un escargot. On porte un lourd fardeau sur le dos, il faut en baver pour avancer, et ça laisse des traces. »

Jérôme est vraiment très attachant. A certains moments, il nous fait sourire par sa maladresse mais à d’autres on ressent beaucoup de pitié pour lui.

Le fait que ses aventures soient écrites sous forme de journal intime et à la première personne nous rapproche encore plus de ce héros. On se sent tellement proche de lui qu’on a envie de le consoler.

Je ne vais pas vous en dire plus de peur de spoiler et j’espère que vous aimerez ce bouquin autant que moi.


Merci qui?
Un énorme merci à J. Heska de m'avoir proposé de lire son bouquin. 
 

Un peu de pub 

J'ai lu ce livre grâce au Projet Hermes
Le principe de ce projet consiste à faire voyager ce roman par la poste.
Ce bouquin est envoyé à une personne qui à deux semaines pour en faire la chronique. Une fois que la personne l'a lu, elle l'envoie à l'adresse que l'auteur lui aura donné. Au bout de cette adresse, il y aura un autre blogueur qui le lira et en fera à son tour la chronique avant de l'envoyer ailleurs.

 
 

Publié dans J. Heska, Contemporaine

Commenter cet article

Nathalie 11/07/2012 11:04

C'est vrai qu'on an envie de consoler ce pauvre Jérôme.... Heureusement qu'il s'en sort bien tout seul :)

laeti (histoires-de-livres) 13/10/2011 16:33

Voilà, grâce à ta pub j'ai participé moi aussi, et j'ai beaucoup aimé :)

laeti (histoires-de-livres) 29/06/2011 20:41

Ta chronique me donne envie de le lire :) Je crois comprendre qu'on ne le trouve pas partout! Tu as eu la chance que l'auteur t'en envoie un exemplaire!

Rainbowww 23/06/2011 11:22

Et bien miss Salut c'est Rainbowww hihi ton blog me donne envie d'en créer un, moi aussi! Ça doit prendre du temps! Si je veux reprendre tous les bouquins que j'ai lu jusqu'à maintenant ça va être difficile, compliqué de se souvenir de ses premières impressions ou simplement de ce qu'on a pensé d'un livre! Mais si je le fais je te le ferai savoir! Bravo en tout cas!

isa1977 22/06/2011 09:24

Merci pour ton passage sur mon blog et de rien pour la chronique :)

J'attends ce second roman avec impatience :)